Destination :

- Retour à l'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Présentation
  • Île Rousse
  • Flore
  • Faune
  • Isula la Pietra
  • Broccettu
  • Isula Piana
  • Isula del Brocciu
  • Calvi
  • Sémaphore
  • Bastia
  • Revellata
  • Centuri
  • Grotte des Veaux Marins

La Corse

L'Île de Beauté

"La Corse est une terre de contrastes, véritable « montagne dans la mer » — le Monte Cinto culmine à 2710 mètres — l’île (8 760 km² avec plus de 1000 km de côtes) forme un château d’eau douce dans la Méditerranée ; elle est située à 200 km environ au sud-est de la Côte d'Azur. à l'ouest de la Toscane dont elle est proche et au nord de la Sardaigne. Plutôt boisée et montagnarde, la côte sud est formée de hautes falaises (Bonifacio).

La distance la plus courte entre l'ile et le continent, va de Cap Martin à la pointe de Rebella soit 160 km.

La Corse se situe avec la Sardaigne sur une micro plaque continentale séparée de celle de la France ou de l'Italie appelée bloc corso-sarde.

Les Grecs avaient baptisé cette île de la mer Méditerranée « Kallisté » : la plus belle. Aujourd'hui, la Corse est connue sous le nom « d'île de Beauté » et ses paysages époustouflants séduisent à coup sûr les visiteurs. Grâce à ses mille kilomètres de côtes, dont environ 300 de sable fin, la Corse est un endroit rêvé pour les plaisanciers, les plongeurs et autres amoureux de la grande bleue. Mais, la Corse est également une montagne dans la mer. D'ailleurs, au début du XXe siècle, certains l'avaient surnommée l'île verte, pour la différencier des autres îles méditerranéennes beaucoup plus arides. En effet, la Corse, malgré sa position méridionale et un ensoleillement sans pareil, est une île verdoyante."

(extrait de l'encyclopédie Wikipedia : 01/12/08)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Corse

 

Occasion

Réserve au sémaphore de l'Île Rousse : août et septembre 2010.

 

 

Île Rousse

Cliquer sur l'onglet désiré et l'image dedans pour obtenir un diaporama.

Images prises durant août-septembre 2010 à l'Île Rousse.

Départs réguliers en randonnée pour aller plonger en partant du Sémaphore, vers le port, puis longement de la voie ferrée en direction de Calvi pour rattraper le sentier du bord de mer.

Sur le chemin, la tiédeur du soleil concocte un cocktail de parfums subtil, mélange de terre chaude, de figue, de feuille d'olivier, de plantes du maquis.

La marche sur les chemins Corse est décidément ce que je préfère, c'est un régal tant visuel qu'olfactif et encore plus sur le sentier qui relie la gare d'Île Rousse à la plage de Baudrie.

Les plongées sont par ici Cliquer

 

Flore

Cliquer sur l'onglet désiré et l'image dedans pour obtenir un diaporama.

Flore non aquatique observée du côté d'île Rousse, au cours de mon séjour.

Les plongées sont par ici Cliquer

 

Faune

Cliquer sur l'onglet désiré et l'image dedans pour obtenir un diaporama.

Faune marine et de terre observée du côté d'île Rousse, au cours de mon séjour.

Les plongées sont par ici Cliquer

 

Isula la Pietra (Île de la Pietra)

Cliquer sur l'onglet désiré et l'image dedans pour obtenir un diaporama.

L'île de la pietra est reliée par une digue, au port de la commune de l'Île-Rousse en Haute-Corse.

Le phare est situé à l'extrémité nord-ouest, face à de nombreux îlets et rochers ( Isula Piana , Broccettu et Isula di u Brocciu ) de granite rouge (rocher porphyre).

Une ancienne tour génoise du XVe siècle se trouve en son centre.

L'Isula Grande, au pied de la vielle tour, présente un site préhistorique important : A Petra. Néolithique ancien (fouilles MC Weiss)

Michel-Claude Weiss, responsable du GRPP [1] , outre la description du site de A Petra, apporte d'utiles précisions toponymiques pour l'ensemble des îles et îlots (noms réels et noms à lire sur les cartes) : "Le site du Néolithique ancien de l'Ile-Rousse dit de La Pietra (ou plutôt A Petra) se tient dans le secteur est de L'isula Grande, l'un des huit îlots de granite roux de la cité paoline : Saletta, E Petre (comprenant trois rochers), L'Isula Grande (le plus développé des trois îlots), U Ruccettu (appelé parfois, improprement, Broccettu), U Rocciu (sur les cartes, Isola del Brocciu) et Isula Piana." [2]

Références [modifier]

  1. Groupe de recherches préhistoriques et protohistoriques de l'Univeristé de Corse.
  2. L'archéologie à l'université de Corse, Le site de A Petra à L'Ile-Rousse, plaquette Università di Corsica.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Île_de_la_Pietra

Photos prises le 04 août 2010 et 05 août 2010.

 

Broccettu

Cliquer sur l'onglet désiré et l'image dedans pour obtenir un diaporama.

Cette gallerie d'images est dédiée aux clichés pris depuis l'îlot Broccetu qui se trouve au pied de la Pietra à Île Rousse et accessible uniquement par la mer.

Isula Piana

Cliquer sur l'onglet désiré et l'image dedans pour obtenir un diaporama.

Autre île du groupe des îles de la Pietra.

Isula del Brocciu

Cliquer sur l'onglet désiré et l'image dedans pour obtenir un diaporama.

Vues depuis le sémaphore de l'Île Rousse.

Calvi

Cliquer sur l'onglet désiré et l'image dedans pour obtenir un diaporama.

Située à l'extrémité nord-ouest de l'île, face au littoral de la Côte d'Azur, bénéficiant de conditions climatiques favorables et dans un environnement de toute beauté, la petite ville de Calvi occupe une position privilégiée en Corse. Calvi est devenue la capitale économique et touristique de la Balagne et la ville est aujourd'hui un des deux pôles touristiques de la région Corse, l'autre étant Porto-Vecchio.

De par sa situation, la commune ainsi que toute la région de la Balagne sont soumis aux vents du large. Il y pleut faiblement, ce qui explique la sécheresse estivale et les grands incendies qui s'en suivent chaque année (37 jours par an avec pluie >5 mm). Son doux climat, ses plages blondes, la chaîne de montagnes parmi les plus hautes de Corse qui l'entoure, sa fière citadelle, son passé historique, ses ports et son aéroport international sont les atouts majeurs de son expansion.

Bordée à l'ouest par le territoire de la commune de Lumio et au sud par celui de Calenzana, la commune a une large façade maritime.

  • Au nord, le Golfe de Calvi est délimité à l'est par la Punta Caldanu (présence d'une tour génoise ruinée) et à l'ouest par la Punta San Francescu. Il baigne la longue plage de La Pinède, les ports de plaisance et de Commerce ainsi que la Citadelle bâtie au bord de l'eau.
  • À l'ouest, le Golfe de la Revellata entre la Punta San Francescu et la presqu'île de la Revellata à la pointe de laquelle se trouve un important phare à éclats.

Le golfe relativement abrité des vents d'ouest dominants, sert de mouillage pour les plaisanciers à la belle saison. Il est aussi utilisé par les pilotes des aéronefs bombardiers d'eau (avions Canadair et hélicoptères Skycrane CH-54) pour écoper et pomper lors de luttes contre les incendies fréquents vers la fin de l'été sur l'île.

  • Au sud enfin, jusqu'à la baie de Nichiareto (Calenzana), peu avant Capo Cavallo et son sémaphore mis en sommeil depuis 1987, c'est un littoral sauvage, une côte déchiquetée et inhospitalière.

La Figarella est le seul cours d'eau remarquable de la commune. Elle coule à l'Est de la commune. Prenant sa source à 1 930 mètres sur les pentes nord de la Muvrella (2 148 m - Calenzana) et après un parcours de 24 km, elle se jette à la mer dans le golfe de Calvi au lieu-dit A foce.

Entre la plaine de la Figarella et le littoral occidental, se trouve un maillon du chaînon montagneux du massif de l'Argentella situé plus au Sud, sur la commune de Calenzana. Sur Capu di a Veta (703 m) le plus haut sommet, une croix en bois avait érigée par des membres du Club alpin autrichien (le club est installé à l'entrée de la ville). Cette croix a brûlé lors d'un incendie en 2007. Au Nord, dominant la ville du haut de ses 218 mètres d'altitude, ont été bâtis la chapelle Notre-Dame de la Serra et un cimetière.

La ville de Calvi se partageait en deux quartiers : la Haute ville (la Citadelle), et la Basse ville. Mais depuis peu, le centre vital de la ville s'est déplacé vers sa sortie sud. Entre deux supermarchés existants, se sont créés de nombreux commerces et services, ont surgis de nouveaux immeubles d'habitations. Une banque y a même transféré son agence qui était dans la Basse ville. Le visage de la Cité de Christophe Colomb est en train de changer. Ville fleurie (3 fleurs), Calvi se développe actuellement à l'Est. De nombreuses villas voient le jour dans le quartier de Pietramaggiore, un grand lotissement a été créé à Campu Lungu face à la zone artisanale, un grand complexe sportif avec piscine construit à l'intersection des routes D151 et D451 va prochainement être inauguré, etc.

Dans la plaine de la Figarella, entre mer et montagnes, l'aéroport international de Calvi Sainte-Catherine (Santa Catalina).

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Calvi

Photos prises le 08 août 2010

 

 

Sémaphore

Cliquer sur l'onglet désiré et l'image dedans pour obtenir un diaporama.

Vues depuis le sémaphore de l'Île Rousse.

Bastia

Cliquer sur l'onglet désiré et l'image dedans pour obtenir un diaporama.

Bastia de nuit le 13 septembre 2010.

Revellata

Cliquer sur l'onglet désiré et l'image dedans pour obtenir un diaporama.

Pointe de la Revellata.

Centuri

Cliquer sur l'onglet désiré et l'image dedans pour obtenir un diaporama.

Centuri dans le Cap Corse et route jusqu'à Nonza.

Grotte des Veaux Marins

Cliquer sur l'onglet désiré et l'image dedans pour obtenir un diaporama.

Petite randonnée à la Revellata vers la Grotte des Veaux Marins.

Un temps assez nuageux mais quasiment pas de vent et une mer d'huile aujourd'hui. C'est donc le temps idéal pour aller à la grotte marine des Veaux Marins, assez célèbre grotte qui se trouve sur la face ouest de la pointe de la Revellata.

Le chemin longe le bord de mer et mérite le coup d'oeil : entre criques, mer translucide, maquis, roches escarpées et littoral sauvage qui s'étend jusqu'à l'ancien sémaphore de Cavallo perché sur sa colinne après les héoliennes, c'est un endroit véritablement superbe.

D'abord quelques clichés de l'Anse Recisa, idéale pour ceux qui affectionnent le palmes-masque-tubas (ou PMT pour les intimes). J'ai d'ailleurs vu sur une ancienne carte qu'il y aurait une grotte par là tout à l'ouest, malheureusement je n'ai pas eu l'opportunité d'aller vérifier si c'est une grotte marine ou non.

Même si je n'ai jamais été à la Grotte des Veaux Marins, je connais le chemin. Grâce aux vues satellites sur Google Map il m'a été très facile de voir quels sont les points remarquables sur le chemin à parti desquels il faudra prendre un sentier sur la gauche pour arriver au bord de la falaise. Comme toujours sur la face ouest de la Revellata le plus dur sera d'arriver à l'eau. Il y a un peu plus de 110 mètres au point le plus haut et cette falaise de part son exposition est très abrupte.

Nous pensions l'accès à la première crique la fois d'avant, plutôt compliqué, et bien nous n'avions encore rien vu.

Suivant le chemin que j'avais repéré sur Internet, nous arrivons à un sentier qui nous conduit sur la Punta Ricci. Je sais la grotte non visible depuis le bord de la falaise en raison du découpage du littoral, pourant on peut observée une décolloration de la roche tipique de l'entrée d'une grotte (et oui dans le village où j'ai vécu étant enfant, les grottes étaient monnaies courante le long de la haute colline tout aussi abrupte).

Profitant du point de vue je vais au bout de la Punta Ricci pour prendre l'anse où se trouve la grotte dans sa totalité.

La Grotte des Veaux Marins figure en gras sur la plupart des cartes, c'est un endroit réputé, mais dont l'accès ne peut se faire que par la mer lorsque le temps le permet, c'est pour cela qu'elle est considérée comme étant une grotte marine.

D'ailleurs les loueurs de jet ski dans les environs proposent des randonnées de une ou deux heures pour s'y rendre moyennant la coquette somme de 150 ou 200€. Désolé mais je préfère de loin mes palmes.

Cette Grotte tient son nom d'une espèce de phoque moine, dite "phoque veau-marin". Malheureusement cette espèce figure parmi les plus menacées d'extinction au monde. En Corse les pêcheurs locaux ont finit de les exterminer dans les années 1970, car ils représentaient pour eux un fléau qui déchiquettait les filets de pêche.

Donc même si la zone est protégée tout comme la Scandola, inutile de chercher à observer le moindre phoque.

Depuis la Punta Ricci j'observe la falaise et j'essaye de repérer un endroit permettant d'accéder à l'eau sans faire une chute mortelle. Il y a le passage dans un éboulement qui descend sur de gros rochers à fleur d'eau.

Descendant à flanc de falaise à travers cette longue colonne d'éboulis nous arrivons tant bien que mal sur un rocher qui sera parfaît tant pour se mettre à l'eau qu'en sortir, mais aussi pique-niquer... parce que l'alpinisme ça creuse !

Je grimpe sur un pic rocheux pour faire des clichés du panorama, c'est vraiment superbe.

Il ne restera plus qu'à se mettre à l'eau !!!.

Les photos de la plongée sont dans la gallerie plongée du 21 septembre.

Les plongées sont par ici Cliquer